Astuces et conseils comptables pour l'entreprise

Financer l'achat de son véhicule par emprunt ou crédit bail ?

18/01/2018 16:30:27

Vous envisager d'acquérir un véhicule et vous hésitez entre emprunt classique et crédit bail ?

Au plan fiscal :  pas de différence.

Que ce soit un achat direct ou par crédit bail les conséquences fiscales sont les mêmes.

Dans le cadre d'un achat financé par emprunt, vous pourrez déduire les amortissements du véhicule qui sont plafonnés en fonction de son prix d'acquisition et de ses caractéristiques ainsi que les intérêts d'emprunt.

Pour un crédit bail (ou une location classique ou avec option d'achat), vous déduirez un loyer avec les mêmes limites de déductibilités que celle d'un achat.

En matière de TVA les règles sont également les même : TVA non récupérable pour un véhicule de tourisme (voiture particulière) et récupérable pour un véhicule utilitaire.

Un intérêt néanmoins pour le crédit bail : la possibilité de déduire un premier loyer majoré pouvant atteindre 25% du prix de véhicule, cela peut être intéressant si vous pensez avoir réalisé une bonne année et que vous souhaitez diminuer votre bénéfice avant la fin de votre exercice social. Bien entendu il s'agit d'un décalage les mensualités suivantes étant réduite d'autant.

Il convient donc en définitive de comparer simplement le prix mensuel du crédit bail de l'échéance mensuel d'un emprunt pour voir ce qui est le plus intéressant en intégrant le prix de revente du véhicule à la sortie.

Autre élément à prendre en considération :

Dans le cas d'un achat direct vous êtes propriétaire du véhicule, alors que ce n'est pas le cas pour un crédit bail. Vous pourrez donc le vendre plus facilement, ce qui peut être utile si vous changez souvent de véhicule.

Inconvénient toutefois : cela augmente votre endettement, alors que dans le cas d'un crédit bail ou location, les dépenses passent directement en charges. Cela peut poser problème si vous êtes déjà endettés ou que vous avez des projets investissements à financer par emprunt.

En conclusion, il convient de s'interroger davantage sur les aspects financiers prévisionnels que sur les impacts purement fiscaux.